AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de nombre de ligne exigées!
Welcome to Kawana Waters!
Le forum a ouvert ses portes le 11 mai 2013.
Aucune prise de tête, que du fun!
Fun, fun, fun! Oh et aussi du feu!
Il y en a qui s'amuse avec le feu!
Et si toi aussi, tu rejoignais le clan des pyros?

Partagez | 
 

 s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message



Invité


MessageSujet: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 21:43




Samuel Jonathan Wells-Curtis
feat Matt Bomer.

« écoute, la première chanson d’un voyage est super importante. Ça donne le ton du voyage entier »

    Nom : Wells-Curtis.
    Prénom : Samuel Jonathan, mais il préfère Jonathan, ou encore Jo'.
    Date de naissance : 24 janvier 1980.
    Nationalité : Australienne!;
    Lieu de naissance : Kawana Waters
    Statut civill: Célibâtard.
    Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
    Classe sociale : Riche.
    Emplois ou études : Professeur de philosophie, avec des bases de psychologie.
    Chanson favorite : People help the people.
    groupe : Kangoo.




Séducteur, charmant : Avec sa bouille d'ange, son sourire charmeur, son corps d'Apollon, son regard à tomber par terre, il n'y pas de doute, Jonathan a tout pour lui, et il le sait. Il n'a qu'à claquer des doigts pour que les filles tombent à ses pieds. Dans la rue, elles se retournent toutes pour le regarder. Partout où il va, il ne passe pas inaperçu. En même temps, quand on a tout pour plaire, c'est évident d'attirer tous les regards. D'ailleurs, il se sert beaucoup de son physique pour mettre les filles de son lit. Mais pas que, il sait également leur parler, les traiter telle des princesses, il trouve toujours les bons mots pour les faire tomber sous son charme. Mais sous ses airs de beaux gosses angéliques se cache en réalité un véritable petit salopard. Les relations sérieuses ? Ce n'est pas pour lui, il finit toujours par tromper les filles avec qui il est potentiellement en couple. Stable, lui ? Absolument pas. Il a besoin de draguer, besoin de savoir qu'il plaît encore aux filles. Il ne peut s'empêcher d'aller voir ailleurs, il se lasse vite, et aime aller voir de nouvelles choses. La facilité, il n'aime pas ça, il préfère quand les filles lui résistent, ou qu'elles entrent dans son jeu, celui de la séduction, son jeu préféré.
Réfléchi, concentré, perfectionniste, insatisfait : Dans la vie courante, Jonathan est quelqu'un de très réfléchi, mais surtout de très perfectionniste. Hors de question de faire mal les choses. Il a besoin de beaucoup d'attention, et de concentration lorsqu'il fait quelque chose de sérieux. Comme par exemple, il ne peut pas travailler dans le brouhaha. Il lui faut du calme. Lorsqu'il rédige ses cours chez lui, par exemple, il s'enferme dans son bureau, et gare à celui ou celle qui osera venir le déranger, à moins que ce soit pour quelque chose de très important. D'ailleurs son côté perfectionniste peut parfois être vu comme un défaut plus qu'une qualité, dans le sens où le jeune homme peut se mettre dans une colère monstre si quelque chose ne lui va pas. En réalité, pour lui, rien n'est jamais vraiment bien fait. Aux yeux des autres, il aura fait quelque chose de vraiment bien, mais à ses yeux, il trouvera toujours le détail qui fait qu'il devra recommencer ce qu'il était entrain de faire. Que ce soit un dessin, un cours. Il est même capable de déchirer ses cours ou ses dessins lorsqu'ils sont mal rédigés, et mal dessiner.
Manuel, créatif, inventif : Depuis son plus jeune âge, le jeune homme se découvre une passion en commun avec sa mère, le dessin. Il manie son crayon à la perfection. C'est très simple, il a hérité du talent de sa mère. Sa mère est illustratrice, vous comprenez pourquoi elle passe son temps à dessiner. C'est bien clair, depuis qu'il est né, Jonathan a toujours passé plus de temps avec sa mère que son père, étant un grand avocat renommé. Ainsi, il voulait faire comme sa mère et dessiner et au fil du temps, il est parvenu à faire de superbes dessins. Il sait pratiquement tout dessiner, d'une personne à un paysage, en passant par une scène quotidienne, à des animaux.
Impulsif, sang chaud, rancunier : Il n'y a rien de plus facile que de mettre en colère le jeune homme. Vous n'avez qu'à le contredire et vous pouvez être sûr qu'un débat s'impose. Débat dans lequel vous ne pourrez pas en placer une tant ce dernier occupera la parole. En réalité, Jonathan s'énerve pour un oui ou pour un non. Un rien peut le faire monter sur ses grands chevaux. Il peut même se montrer blessant, en touchant là où sa fait mal. Après la dispute passée, il lui arrive de s'en vouloir, mais difficile pour lui de s'excuser, ayant bien trop de fierté pour ça. Par contre n'ayez jamais l'erreur de le trahir, car là vous pouvez être sûr que d'une part il ne reviendra jamais mais que d'autre part, il fera tout pour vous faire regretter votre trahison.
Doux, taquin : Même si on pourrait croire que l'on a affaire à un véritable connard, en réalité, Jonathan peut aussi être quelqu'un sur qui on peut compter, présent, à l'écoute, une épaule sur qui se reposer. Il est de bon conseil, pour les autres, car il aura beau donner de bons conseils aux autres, ce n'est pas pour autant qu'il les appliquera. D'ailleurs, comme on dit qui aime bien châti bien, on pourrait dire que Jon' excelle dans le domaine de la taquinerie. Il passe son temps à taquiner son entourage, proche ou pas, tout le monde y passe.

Je crois que je me souviendrais toujours de ce jour-là. Quelle honte quand j'y repense. Ca remonte à dix ans, par là. C'était le bal de promo. Dragueur invétéré, je m'y étais rendu seul. Pourquoi ? Parce que si je m'y rendais avec une fille, je serai contraint de passer toute la soirée avec elle, sans pouvoir aller batifoler à droite à gauche. Hors de question pour moi d'être voué à une seule fille durant une soirée entière. Ainsi, vêtu d'un costume, celui que mon père avait porté lors de son mariage avec ma mère, je poussais les portes du gymnase pour pénétrer à l'intérieur. La musique battait son plein, la fontaine de champagne me fit de l'oeil. Je m'approchais des tables sur lesquels étaient disposés le buffet, et prit une coupe de champagne. Au loin, je remarquais des amis à moi, sans plus attendre, je les rejoignais. A leur côté, mon ex-petite amie, nous nous étions séparés depuis peu. En fait, elle m'avait surprit dans les bras d'une autre. Et visiblement, elle m'en voulait toujours autant. Ce qu'elle n'arrivait pas à comprendre, c'est que je n'avais jamais eu de relation sérieuse, elle voulait y croire, mais pour moi c'était perdu d'avance. Je ne sais pas me tenir, j'aime plaire, et j'aime draguer. Quand une fille me plais, je fais tout pour l'avoir. Tandis que je me retrouve à leurs côtés, je remarque au loin une personne entrain de m'observer, une jolie blonde. Je lui lance un petit sourire malicieux. « Les gars vous m'excuserez mais le devoir m'appelle » « Mais bien sûr, nous t'excusons » lâche Daphnée, d'un ton faussement ironique. Je ne prête pas attention à sa réplique et m'éclipse, pour rejoindre la jeune fille en question. Je lui sors mon grand jeu de séducteur, et le feeling semble plutôt bien passer. Elle sait tenir une conversation, elle a l'air plutôt intelligente, réceptive à mes avances, et très vite, nous décidons de quitter le gymnase pour nous rendre dans les toilettes, baisers échangés, j'entends la porte s'ouvrir, derrière Daphnée. Je me recule légèrement. « Quand je disais que t'étais un bel abruti et que tu étais capable de sauter sur tout ce qui bouge, c'était bien vrai, t'es même prêt à te taper Nick » Nick ? Son meilleur ami gay là ? Je me retourne rapidement vers lui, elle.. Je sais plus du coup. « Tu te fous de ma gueule ? » Là, la jeune fille, si je peux l'appeler ainsi retire sa perruque... Et là c'était bel et bien Nick. Sans même me contrôler, je me mets à cracher dans le lavabo. Putain c'est dégueulasse j'ai embrassé un mec quoi. « Et en plus j'ai une photo » « Donnes moi ça de suite Daphnée ! » « Dans tes rêves » « Tu es pathétique, en fait, j'ai bien fait de te tromper, comment pouvais-tu croire que j'allais changer pour une petite coincée comme toi, qui avait peur d'écarté les jambes. Tu as vraiment cru que j'allais me contenter des bisous sur la bouche comme les ados de 14/15 ans ? Tu es bien trop naïve ma pauvre » C'était une façon pour moi de me sortir de cette situation assez embarrassante. La blesser était la meilleure façon pour moi qu'elle oublie tout ce qu'il s'était passé pour se focaliser sur mes paroles. PAF ! « Tu es vraiment qu'un pauvre con Curtis ! » Elle quittait les toilettes aux côtés de son meilleur ami, quant à moi, je quittais le bal de promo afin d'aller en boite de nuit histoire de bien terminer ma soirée.



Prenez votre ordinateur ou votre ipod et écoutez vos musiques en mode aléatoire, la première chanson sur laquelle vous tomberez, correspondra à l'opening credit de votre vie, continuer au fur et à mesure, jusqu’à arriver à end credit.
Opening credit: Bloody Mary by Lady Gaga.
Waking up: Sunrise by The Cataracs & Dev
First day at school: Science Faith by The Script
Falling in love: Heart Skipped A Beat by The XX.
Fight song: This Kiss by Carly Rae Jepsen.
Prom: Down by Jason Walker.
Life: The Hell Song by Sum 41.
Mental breakdown: Midnight City by M83.
Driving far away: Retro, dance, freak by Lady Gaga.
Flashback: All this time by One Republic.
Wedding: In My Place by Coldplay.
Birth of child: Some Girlsby Candice Accola.
Final battle: Breath Of Life by Florence + The Machine.
Death scene: Smother Me by The Used.
Funeral song: Good Life byOne Republic.
End credit: Sour Cherry by The Kills.



Je m'appelle Pocahontas et j'ai 20 ans. J'ai connu le forum grâce à PRD et je le trouve vraiment super. Ma fréquence de connexion est de un à deux sur sept en rp et de quatre sur sept pour mon activité. Je viens de France. J'ai pris Matt Bomer comme célébrité et le mot de passe est Ok by Jaz'.

FICHE CRÉÉE PAR THISH.


Dernière édition par S. Jonathan Wells-Curtis le Dim 19 Mai - 22:00, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 21:44




it's my life !
« laisse jamais personne te faire croire que tu ne mérites pas ce que toi tu veux »

CHAPITRE UN - BIENVENU PARMI NOUS JONATHAN :
Le temps était hivernal. Dehors, le soleil était caché par d'innombrable nuages, tantôt blancs, tantôt gris. Le vent frais venait s'échouer sur le visage pâle de Meredith. Main sur le ventre, elle marchait tranquillement dans les rues Australiennes, à la recherche d'une petite supérette ouverte pour s'acheter un pot de glace à la fraise, ainsi que de la chantilly. Ne trouvant pas de fraises à cette saison, elle se rabattait sur tout ce qu'elle pouvait trouver au goût de la fraise. Yaourt, gâteaux, et glace. Malgré le froid, elle avait envie de glace. Lorsqu'elle trouvait un petit magasin, elle entrait à l'intérieur, prenant au passage un petit panier. Parcourant les rayons, elle mettait chocolat, gâteaux, bonbons, chantilly, glace... Toutes ces sucreries lui donnaient l'eau à la bouche. Marchant dans le rayon bébé, elle sentie son enfant bouger. Instinctivement, elle reposait l'une de ces mains sur son ventre, et ressentie une vive douleur. Comme elle en avait l'habitude, elle n'y prêtait pas vraiment attention, continuant de regarder le rayon pour enfant. Officiellement, il lui restait un mois et demi avant d'accoucher. Des enfants se mirent à ricaner. « Regardes la dame elle fait pipi » Meredith se retournait vers les enfants qui la pointaient du doigt. Elle ne comprenait pas ce qu'ils disaient. « Tenez des couches madame » La jeune femme baissait la tête au sol, et vit un liquide couler. Elle fit très rapidement le rapprochement entre la douleur vive qu'elle avait ressenti quelques minutes auparavant et le liquide qui s'écoulait. « Oh mon dieu ! » s'exclamait-elle. Elle comprit alors qu'elle perdait les eaux. Elle essayait de se déplacer jusqu'à l'accueil où elle expliquait ce qui lui arrivait. Réactif, le jeune homme présent à l'accueil appuyer sur le bouton qui appelait immédiatement l'équipe de sécurité du magasin. Certains étaient à la fois de la sécurité mais également pompiers. En même temps, il attrapait le téléphone de l'accueil et composait le numéro des pompiers pour les prévenir qu'une jeune femme allait accoucher d'un moment à l'autre et qu'il fallait qu'ils viennent rapidement la chercher pour l'amener à l'hôpital. L'équipe de sécurité quant à elle arrivait, et allongeait Meredith sur le brancard, pour ne pas qu'elle s'épuise plus qu'elle ne l'était déjà à cause de sa grossesse. Elle ne savait pas vraiment ce qui lui arrivait. Quelque part, elle avait peur de perdre le bébé, car il n'avait que sept, et qui dit naissance à sept mois, dit bébé prématuré, et donc un risque pour l'enfant. La sirène des pompiers se fit entendre, Meredith soupirait de soulagement, elle allait bientôt être entre de bonnes mains. Les pompiers entrèrent dans la supérette et vinrent chercher la jeune femme qui s'apprêtait à mettre au monde son enfant. Ils l'amenèrent rapidement à l'hôpital où elle passa directement dans la salle d'accouchement. C'était son premier enfant, elle était inquiète, mais allongée sur la table d'accouchement, elle n'avait pas d'autre choix que de mettre au monde son enfant. Des cris retentirent dans toute la salle. La tête du bébé venait de sortir, le médecin demandait à la jeune femme de continuer sur sa lancée et de pousser de toutes ses forces. Quand les épaules fut enfin sortis, tout le reste suivi. L'obstétricien prit le bébé dans ses bras avant de le poser sur sa mère. Meredith ne tarda pas à enrouler ses bras autour de son bébé, les larmes coulant à flot. « Félicitation Madame Curtis, c'est un garçon » Meredith durant toute sa grossesse n'a jamais voulu savoir le sexe de son enfant, elle voulait avoir la surprise lorsqu'elle mettrait au monde son enfant. Elle et son mari avaient souvent discuté de prénom. La jeune maman regardait alors son fils. « Bienvenu Samuel Jonathan Wells-Curtis » Elle déposait un tendre baiser sur le sommet de la tête de son enfant. Le bébé était vraiment tout petit, dû à sa sortie prématurée. « Comme vous le savez, votre fils est né prématurément, nous allons devoir le mettre en couveuse pendant un mois et demi, jusqu'à ce qu'il atteigne ses neufs mois. Vous avez la possibilité de rester à l'hôpital ou bien rentrer chez vous quand vous serez rétabli, que préférez-vous ? » « Je vais en discuter avec mon mari, il ne devrait plus tarder à arriver » Maintenant qu'elle avait enfin accouché, on la ramena dans sa chambre où elle séjourna jusqu'à ce que son fils sorte enfin de l'hôpital.

CHAPITRE DEUX - IL N'Y A RIEN DE PIRE QUE SE SENTIR REJETER PAR SON PERE :
« T'as vu papa, j'ai eu 20 sur 20 en maths » « Oui, c'est bien mais là je suis occupé Jonathan, tu me montreras ça plus tard » « Mais pa... » « Ecoutes Jon' je suis occupé, on verra ça plus tard » Son père était un très grand avocat renommé, ainsi il passait le plus clair de son temps dans son bureau à travailler ses dossiers plutôt qu'à s'occuper de son fils. Plus ce dernier tentait d'attirer son attention, moins celui-ci ce montrait réceptif. Jonathan entretenait une très bonne relation avec sa mère, ils étaient comme qui diraient fusionnels. Sa mère le voyant mal supporter le rejet de son père intervenait. « C'est très bien mon coeur » « Mais maman tu le sais je te l'ai déjà dis » « Peux-tu aller dans la cuisine ? Je te rejoins » Le petit garçon baissait la tête, triste de voir que son père se fichait de lui, et allait dans la cuisine, comme sa mère lui avait demandé. Quant à Meredith, elle entrait dans le bureau de son mari fermant la porte, pour que Jonathan n'entendent pas leur discussion. Une discussion s'imposait entre eux. Elle ne comprenait pas pourquoi Hadrien se montrait ainsi avec son fils alors qu'il l'avait tant voulu. Depuis qu'il était né, il ne lui avait jamais vraiment apporté beaucoup d'attention, bien trop occupé par son travail. Même si tout allait bien entre elle et lui, le problème demeurait être leur fils. « Qu'est-ce qu'il y a ? » demandait alors Hadrien sans pour autant porter un seul regard à son épouse. « Hadrien, arrêtes de bosser, il faut qu'on parle » Il daignait enfin poser son crayon, mit de côté ses dossiers, et portait toute son attention à son épouse. « Je t'écoute » « Qu'est-ce qu'il se passe avec Jonathan ? » « Rien pourquoi ? » « Ne vois-tu donc pas qu'il essaie de tout faire pour avoir ton attention ? Il fait du surf parce qu'il sait que tu aimes le basket, il essaie de travailler dur parce qu'il sait combien tu étais un brillant élève plus jeune et toi, tout ce que tu sais faire c'est le repousser, tout ça pour ton travail. Rappelles moi la dernière fois que tu t'es rendu à sa compétition de surf ? Rappelles moi la dernière fois où tu l'as félicité parce qu'il avait ramené une excellente note ? Hadrien s'il te plaît, arrêtes un peu avec ton boulot » Hadrien ne répondit rien, cependant, il semblait toucher par les propos que sa femme venait de lui dire. Durant son enfance, Hadrien avait vécu la même chose. Son père ne lui avait jamais porté aucune attention, bien trop plongé dans son travail, et là, Meredith essayait de subtilement lui faire comprendre que c'est ce qu'il était entrain de reproduire avec son fils. Il décidait alors de se reprendre en main et de porter un peu plus d'attention à son fils.

CHAPITRE TROIS - CHASSER LE NATUREL IL REVIENT AU GALOP :
Cela ne dura malheureusement qu'un temps. Puisque comme on dit, chasser le naturel, il revient au galop. C'est bien vrai. Un beau matin de juin, le facteur venait tout juste de passer. Depuis quinze jours, Jonathan attendait une réponse pour entrée dans l'un des lycées les plus renommés de New-York. C'est dans la grande pomme qu'il voulait poursuivre ses études. On ne va pas se mentir, c'est aux Etats-Unis que nous trouvons les écoles les plus prestigieuses. Dans la boite aux lettres se trouvait une grande enveloppe marron cachetée. C'était LA fameuse réponse. C'est avec une boule au ventre que Jonathan regagnait l'intérieur de la maison. Il fit les cents pas dans sa chambre avant d'ouvrir délicatement l'enveloppe. Il attrapait la lettre et la lisait attentivement. « Putain c'est pas vrai ! » Sa mère n'étant pas là, il courrait rapidement au bureau de son père, le seul endroit où il était sûr de le trouver. Ce dernier était avec un client. Jonathan frappait avant d'entrer. « Je suis occupé » « C'est important là, laisses moi entrer deux secondes quoi ! » « On verra ça plus tard » Jonathan en eut assez et posait sa main sur la poignet avant d'abaisser cette dernière et de pousser la porte. « Tu sais ce que t'es ? Qu'un pauvre con. A chaque fois qu'il m'arrive quelque chose de positif dans ma vie tu trouves le moyen de tout gâcher. Je voulais juste te dire que j'étais accepté à New-York, mais bon, visiblement t'en as rien à foutre, seul ton travail compte » Sans que son père n'ait le temps de répondre, Jonathan claquait la porte de son bureau, et quittait la maison, le seul endroit où il se sentait bien, s'était à la place. Le soir, il annonçait la nouvelle à sa mère, sans pour autant adresser un mot à son père. L'été passait à une vitesse folle, fin août, une semaine avant la rentrée, Jonathan prit l'avion direction la grande pomme. Une semaine après, débutait les cours.

CHAPITRE QUATRE - LE PROJET CAMERA :
La fin d'année approche à grand pas, qui dit fin d'année, dit bientôt université. Aujourd'hui, c'est le fameux jour où chaque élève du lycée passe devant une petite caméra. Le but ici est de parler de lui, de ce qu'il envisage de faire l'année prochaine. Jonathan était assit à son bureau, écoutant son professeur de philosophie débattre sur la liberté. Le cours qui le passionnait plus que les autres. Il adorait les débats, et rédigé de longues dissertations où il exposait clairement son point de vue. Il était très doué en la matière. La porte de la classe s'ouvrit, interrompant le cours. « Jonathan c'est à toi » Parler de lui n'était pas quelque chose qu'il aimait faire, mais aujourd'hui, il n'avait pas le choix. On ne lui demandait pas de parler de lui dans les moindres détails, c'était juste pour avoir un "souvenir" de chaque élève du lycée, et pourquoi pas diffuser plus tard ces fameuses vidéos. Le jeune homme se levait de sa chaise, et quittait la salle, pour regagner le gymnase, là où se déroulait cette fameuse vidéo. Arrivé dans le gymnase, il découvrit un petit papier lui expliquant ce qu'il devait faire et comment se servait-on de la petit caméra. Quand il eut lu toutes les indications, il prit place sur la chaise face à la caméra, et appuyait sur le bouton play. « Salut, je m'appelle Jonathan. Jonathan Wells-Curtis. Plus long vous dites ? Pas étonnant, je porte le nom de ma mère, ainsi que celui de mon père. Mes parents voulaient que je porte les deux, et je trouve que sa sonne plutôt bien. Je suis né ici à Kawana Waters, ville d'Australie, située sur la côte de Queensland, le 24 janvier 1980. Je viens d'une famille aisée, mon père est un grand avocat. Renommé, il n'a jamais de temps pour lui, encore moins pour moi d'ailleurs. Quand à ma mère, c'est une illustratrice pour livre d'enfants. Ma parcours scolaire est jusque là prestigieux. J'ai toujours eu de bons résultats scolaires. Malgré mon petit côté fougueux, j'ai toujours été sérieux quand il s'agissait de travailler à l'école. Bien entendu, il m'arrivait de me faire enguirlander par mes professeurs parce que je bavardais, mais quand il s'agissait de mon travail, ce dernier était irréprochable. Si j'obtiens mon examen à la fin de l'année, j'aimerais parti à l'Université, pour suivre des cours de philosophie. J'aimerais devenir professeur de philosophie. Beaucoup d'élèves blâment la philosophie, pour la simple et bonne raison qu'ils ne la comprennent pas. Une fois que nous comprenons le raisonnement des philosophes, comment ils voyaient la vie, nous la voyons nous même différemment. La philosophie est un concept que j'aime beaucoup, j'ai toujours aimé me torturer l'esprit, c'est pourquoi, je sais que la philosophie est faite pour moi. Et j'espère réussir pour devenir professeur de philosophie, que ce soit au lycée ou à l'université. Du moment que je suis professeur de philosophie, c'est tout ce qui m'importe. J'aimerais également prendre comme option la psychologie. Je trouve que c'est un domaine tellement passionnant la psychologie. J'ai d'ailleurs longuement hésité entre la psychologie et la philosophie, mais finalement dans la philosophie, on parle de psychologie, avec Sigmund Freud, grand philosophe et psychanalyste. Hors temps scolaire, j'aime beaucoup sortir, faire la fête, mais aussi regarder les grands cultes américains, ou encore des séries tv. Je passe aussi beaucoup de temps à dessiner, c'est devenue une réelle passion pour moi. Depuis mon plus jeune âge d'ailleurs. Ma mère étant illustratrice, je crois que j'ai hérité de ses gênes, car sans vouloir me vanter je dessine presque aussi bien qu'elle, et parfois, il lui arrive même de me demander de l'aider, pour vous dire. Quand je regagne les terres Australiennes, je dois avouer que j'adore aller surfer, je passe le plus clairs de mon temps sur les plages Australiennes à surfer. J'ai commencé étant jeune car je savais que c'était le sport favoris de mon paternel. Ce dernier fait du surf depuis plus de 30 ans, il est vraiment doué. Il a gagné plus d'une compétition, grâce à ses nombreuses figures. Je me suis d'ailleurs mis au surf pour attirer son attention. En fait je vous explique. Mon père ne m'a jamais apporté une quelconque attention, bien trop occupé par son travail. J'ai longuement pensé qu'il ne m'aimait pas, ou qu'il aurait préféré avoir une fille. J'ai longuement essayé d'attirer son attention, à commencer par le surf, après j'ai tout fait pour être le meilleur élève. Mais rien n'y faisait. Un jour, ma mère me prit à part et m'expliqua ce qu'avait vécu mon père. Etant plus jeune, son père était lui aussi très prit par son travail, résultat, il n'avait plus de temps pour son fils. Quoi que mon père puisse faire, mon grand-père ne s'occupait pas de lui. Ainsi, ma mère pense que mon père répercute sur moi ce qu'il a vécu lorsqu'il était plus jeune. Autant vous dire que cela n'a pas été facile pour moi. Mais j'en ai malheureusement prit mon parti, comme on dit, on a pas le choix, on vit avec. Sinon, comme tout mec qui se respecte, j'aime également jouer aux jeux vidéos. Sinon, que dire de plus ? Je crois que c'est l'essentiel, puis en plus, vous me faites rater mon cours de philosophie avec vos conneries de projet caméra. Alors je vous dis au revoir » Jonathan éteint alors la caméra, puis regagne son cours de philosophie. Il ne pensait pas qu'il parlerait autant, car lorsqu'il frappait à la porte de sa salle de cours, la sonnerie retentit annonçant la fin du cours.

CHAPITRE CINQ - LE MAL DU PAYS :
Le mal du pays, voilà ce qui le pousse à regagner les terres Australiennes, neuf ans après les avoir quitté. Pourtant, il avait tout à New-York, un excellent job, une bonne situation, un bel appartement, mais il en avait assez des buildings, les plages de Kawana lui manquait, sa famille ainsi que ses proches. Il décide de revenir sur Kawana, mais avant ça, il postule pour un poste en tant que professeur de philosophie à l'Université de Kawana. Il ne souhaite pas reprendre à zéro, c'est pourquoi, il veut revenir à Kawana avec un travail en poche. Par chance, sa candidature est acceptée, le proviseur de l'Université souhaite le rencontrer. Il prend alors le premier avion pour sa ville natale afin de suivre un entretien avec le proviseur, qui s'avère être positif. Il devient alors officiellement professeur à l'université, et retrouve ses terres natales. GOODBYE MANHATTAN, HELLO KAWANA.


FICHE CRÉÉE PAR THISH.


Dernière édition par S. Jonathan Wells-Curtis le Dim 19 Mai - 22:06, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas





MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 21:54

BIENVENUE!!! Yeahhhhh lèche hug2 heart2 hello

Bonne chance pour ta fiche et si tu as encore des questions, n'hésites pas à me harceler! love

Haha, il manque un bout au code! mdr

____________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t122-jazmine-la-foi-c-e



Love song


✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 22:02

BIENVENUE pom pom girl Bonne chance pour ta fiche, et j'espère que tu t'amuseras bien parmi nous. Et si t'as des questions bah harcèle Jazmine elle aime ça haha camychou

____________________________________________________



We clawed,
we chained,
our hearts in vain

We kissed,
I fell under
your spell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 22:15

    Sa y est, mon code est bon normalement, je me disais bien qu'il manquait quelque chose, mais j'ai relu le règlement trois fois pourtant, et je trouvais pas Rolling Eyes . Je vous remercie les filles pour votre accueil ! Yeahhhhh puppy . Je n'hésiterais pas à te harceler de mp dans ce cas là, puisque tu adores ça hum sexy.
    Je viens de voir l'émoticône de Simba ** pardon *sort*
Revenir en haut Aller en bas





MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 22:50

Léo l'a bien caché lol dans tout les cas, je l'ai validé! smile

Héhé, ça sonne un petit peu beaucoup dingue et pervers par la même occasion que j'aime le harcèlement mais, c'est pas grave mdr

Oui, on a plein de smiley trop cool!

____________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t122-jazmine-la-foi-c-e






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Sam 18 Mai - 23:43

    OMG MATT BOMER moiii
    Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche. puppy

____________________________________________________



All of the things that I want to say just aren't coming out right. I'm tripping on words. You got my head spinning. I don't know where to go from here. Cause it's you and me and all of the people with nothing to do, nothing to lose.  
©️YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t43-laila-i-feel-naked-




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Dim 19 Mai - 6:45

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUE heart Woooh

MOOOOI ? J'ai bien caché le code ? Mais non voyons, suis un ange. J'aime juste les chasses aux trésors Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Dim 19 Mai - 10:09

Bienvenue

Super choix de scénario ^^
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Dim 19 Mai - 11:30

Bienvenue professeur puppy

J’espère avoir un petit lien ;)
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Dim 19 Mai - 11:52

    Merci beaucoup tout le monde pour votre accueil Yeahhhhh heart .
    Et se sera avec plaisir Harmony :3.
Revenir en haut Aller en bas





MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   Dim 19 Mai - 22:08

Que dire? J'aime, j'aime, j'aime! Encore un grand merci à toi pour avoir choisis mon scénario! heart2 heart2




Tu es validé!
« Welcome to Kawana Waters! »


Te voilà parmi nous, petit(e) aussie! Maintenant que ta fiche de présentation est terminée, il te faut à présent mettre en place la vie de ton personnage. Pour cela, le staff a mis à la disposition de ses membres tout ce qu'il faut pour s'intégrer, dans la partie "it's you, it's you, it's all for you". Surtout n'oublies pas de répertorier ton avatar dans le bottin, afin qu'il n'y ait aucun problème de doublon! Si tu as des questions nous nous ferons une joie de te répondre, alors n'hésites pas à nous harceler par mp!


FICHE CRÉÉE PAR THISH.


____________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t122-jazmine-la-foi-c-e



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.   

Revenir en haut Aller en bas
 

s. jonathan wells-curtis (-) viens on va prendre un verre et tu m'expliques pourquoi t'es moche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Keegan ▬ Viens, on s'pose, on prend un verre et tu m'dis pourquoi t'es moche.
» Matteo ∆ Viens on s'assoit et tu m'expliques pourquoi t'es moche.
» viens on s'assoit et tu m'expliques pourquoi t'es moche ▬ NOAM
» Viens te faire prendre dans... (Hermy) - 18 avril
» Jamie & Blaise ► Call me in the dark, nights always made me crazy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Viens avec nous au pays des kangourous
 :: memories of you :: Archive: présentations
-