AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de nombre de ligne exigées!
Welcome to Kawana Waters!
Le forum a ouvert ses portes le 11 mai 2013.
Aucune prise de tête, que du fun!
Fun, fun, fun! Oh et aussi du feu!
Il y en a qui s'amuse avec le feu!
Et si toi aussi, tu rejoignais le clan des pyros?

Partagez | 
 

 I'm a manEater and a Serbian Queen, nice to meet you (Maayan).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message



Invité


MessageSujet: I'm a manEater and a Serbian Queen, nice to meet you (Maayan).   Dim 19 Mai - 12:39




Maayan Rym Bogoliubski
feat Scarlett Johansson.

« Votre citation, ici. »

    Nom : Bogoliubski.
    Prénoms : Maayan Rym.
    Date de naissance : 26juillet 1984
    Nationalité : Tchèque en passe d'obtenir l'australienne.
    Lieu de naissance : Sokolov (RT).
    Statut civile: Mariée à un homme indifférent.
    Orientation sexuelle : hétérosexuelle.
    Classe sociale : Très aisée
    Emplois ou études : Propriétaire d'une galerie d'art et secrétaire particulière de son mafieux de mari.
    Chanson favorite : Tchaikovsky - Le lac des cignes
    groupe : Shark.




La première chose à savoir sur Maayan ce qu’elle est extrêmement séductrice –et séduisante, cela va sans dire. Elle a besoin de savoir qu’elle plait, même si elle ne va pas plus loin, mais avoir des regards admiratifs et conquis se promenant sur son corps sont nécessaire à son équilibre.
Elle est sûre d’elle, même très, chose que l’on a souvent tendance à confondre avec un air hautain. Elle sait ce qu’elle vaut, ce qu’elle dégage et n’a pas peur de le faire savoir, n’en déplaise aux autres. L’hypocrite modestie n’a jamais été sa tasse de thé.
De même qu’elle est très franche, parfois trop. Elle ne craint pas de dire ce qu’elle pense, de la manière dont elle le pense, manquant à coup sûr de tact mais elle travaille présentement à modifier ce fait, sans grand succès cependant.
Maayan est également quelqu’un de très déterminé, lorsqu’elle désire ardemment quelque chose, elle l’obtient, il n’y a pas d’autre alternative. Elle saura y mettre les moyens pour y parvenir, même si ceux-ci s’avèrent souvent être déloyaux, mais on ne fait pas d’oiseaux sans casser d’œufs n’a-t-on pas coutume de dire ?
Enigmatique, elle ne parle que peu d’elle, s’attardant volontiers sur des détails sans importance. Il est rare de l’entendre évoquer sa vie en république tchèque ou bien encore en Russie. Elle demeure insaisissable aux yeux des autres, ne se découvrant qu’un minimum.
Il ne faut pas s’arrêter à l’apparence parfois revêche, sérieuse et froide qu’elle peut transmettre car c’est elle sait également se montrer drôle et taquine. Elle n’a pas peur du ridicule et il n’est pas impossible de la surprendre en petite tenue le matin entrain de danser et chanter le matin dans son salon. Elle est même la première à sortir les blagues les plus ridicules qui soient ou bien encore se moquer d’elle-même.
Jalouse et possessive au possible, elle déteste partager ce qui lui appartient, notamment ses plus proches amis et surtout son mari qui est un peu trop indifférent à son goût. Il est tout aussi séducteur qu’elle, alors elle n’a de cesse de lui faire des scènes et dans ces moments-là, il vaut mieux ne pas être dans les parages.
Enfin elle est rancunière, extrêmement. Bien qu’elle ne réagisse pas sur le moment, cela ne veut pas dire qu’elle n’en fera rien, bien au contraire. Et croyez-moi, il faut éviter de s’en faire une ennemie car elle ne lésinera sur aucun moyen pour vous le faire payer. La vengeance est un plat qui se mange froid dit-on, dans son cas, il se dévore glacé. Bon appétit.

Une anecdote. Sans doute se souviendra-t-elle de ce jour jusqu’à la fin de sa vie. C’était un mardi et comme chaque mardi midi, Maayan alla chercher son mari à son bureau pour qu’ils aillent déjeuner ensemble, en amoureux. Amoureux…en voilà un grand terme. Le mari en question ne montrait aucun enthousiasme alors que Maayan n’attendait que ces quelques heures pour profiter du peu de temps qu’il voulait bien lui accorder. Ils étaient donc en chemin vers son restaurant préféré, elle, dernières paires de Louboutin qui n’étaient pas encore sortis sur le marché aux pieds, marchait fièrement à côté de cet homme important dans cette ville. Il était beau, il était classe et elle tenait absolument à paraitre bien alors elle avait enfilée l’une de ses plus belles tenues –et couteuse. Elle savait que présentement tous les regards se retournaient vers eux, envieux pour la plupart et admiratifs pour d’autres. Un sourire aux lèvres, elle n’en était que plus satisfaite encore, relevant la tête en signe de fierté. Peut-être n’aurait-elle pas dû, ainsi elle aurait pu se concentrer un peu plus sur sa marche. Pauvre petite. Elle buta sur un caillou et s’écroula lamentablement genoux au sol avant d’atterrir sur le ventre. Bien sûr la robe qu’elle portait se releva dévoilant ainsi ses sous-vêtements. Quelle idée de mettre des talons aussi hauts lorsque l’on était aussi maladroite qu’elle. Elle n’avait qu’une envie disparaitre, devenir invisible. Une main tendue dans sa direction la ramena pourtant dans la réalité, pour l’heure il fallait qu’elle affronte tous les regards scrutateurs qui étaient posés sur elle et tous les rires discrets qui parvenaient à ses oreilles. Elle se releva doucement, son assurance toujours de la partie, arrangea son allure « Mince, ma robe est fichue… » Soupira-t-elle en constatant les dégâts sur son vêtement. « Je t’en achèterai une autre » répondit simplement Vladimir. Elle lui offrit un sourire éclatant, bien qu’au fond elle se sentait toujours autant honteuse et n’avait qu’une hâte déguerpir de cet endroit.