AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de nombre de ligne exigées!
Welcome to Kawana Waters!
Le forum a ouvert ses portes le 11 mai 2013.
Aucune prise de tête, que du fun!
Fun, fun, fun! Oh et aussi du feu!
Il y en a qui s'amuse avec le feu!
Et si toi aussi, tu rejoignais le clan des pyros?

Partagez | 
 

 Mission dévergondage numéro un FT Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Jeu 23 Mai - 15:38

« Allez hop ma chère ! Il est hors de question de te laisser traîner chez toi aujourd’hui. » Il était clair que Léo proclamait plus une obligation qu’il ne formulait une question. Non n’était pas une réponse envisageable, il emmènerait Alice de gré ou de force, même s’il était obligé de la ligoter et de l’enfermer dans un sac. Il ne travaillait pas aujourd’hui, on était samedi et le temps était splendide, pour ne pas changer. Les habitants de Kawana Waters étaient plutôt chanceux question temps et pouvaient en général se pavaner en maillot toute l’année sans problème, même si pour eux une fois qu’il ne faisait plus que 25 degrés, cela signifiait l’hiver et ils sortaient leurs pulls. Ils auraient eu l’air ridicules en Europe, c’était certain. D’ailleurs, durant les périodes un peu plus… frileuses… on reconnaissait immédiatement les touristes des locaux : non pas grâce aux appareils photo, mais tout simplement aux couches de vêtements. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui il faisait ensoleillé, chaud et ce n’était pas une journée à rester enfermé chez soi. De toute manière, pour Léo, aucun jour ne valait la peine de s’attarder dans sa demeure. Jeune homme énergique, il était un peu hyperactif sur les bords et ne supportait pas ne rien faire de ses journées. Prendre un moment de repos ne voulait pas dire dans son cerveau « se poser devant la télé », mais « faire du sport » ou encore « passer voir ses amis ». Léo n’aimait pas être seul, c’était peut-être aussi pour cette raison qu’il habitait désormais avec son meilleur ami. Peut-être sa pire phobie pourrait-elle bien être la solitude, qui sait ? Habituellement, quand le grand brun n’avait pas un programme précis pour la journée, il passait à l’improviste chez ses amis. C’était une habitude dont il ne s’était jamais débarrassée. Imposer sa présence ne le gênait absolument pas, et il s’en foutait en général que ses potes soient déjà occupés ou non. C’était du Léo James tout craché, mais on l’aimait comme ça et tout le monde y était à peu près habitué de toute manière. Sa « victime » du jour était Alice, cette petite rousse un rien timide que Léo était décidé de rendre aussi dingue que lui. Pour définir rapidement leur relation, disons que Léo s’était mis en tête de devenir le mentor d’Alice. Oui mais pas n’importe quel mentor : le mentor de l’amusement ! Il fallait avouer que niveau caractère, les deux amis étaient en quelques sortes à l’opposé : Léo était un grand dingue, fêtard, sportif, souriant à longueur de temps, alors qu’Alice était bien plus calme et posée. Cela ne les empêchait pas de s’entendre à merveille et Léo adorait Alice comme elle était, mais voilà, c’était plus fort que lui : il aimait dévergonder les gens. C’était une sorte de défi qu’il s’était imposé et il n’était pas du genre à abandonner des challenges, au contraire. En général, Léo allait jusqu’au bout. Il taquinait souvent Alice à ce propos, mais n’était pas encore parvenu au résultat désiré jusqu’ici. Aujourd’hui cependant, il sentait que la chance pouvait peut-être enfin tourné. Ou pas. Mais qu’il parvienne ou non à ôter le balai du popotin d’Alice, au moins passerait-il du temps avec elle, et au final c’était tout ce qui comptait. « Non non, pas de regard de refus. Je t’emmène que tu le veuilles ou non. Fais gaffe, je suis capable d’engager une horde de koalas pour te porter jusqu’à ma voiture !! », clama-t-il d’un grand sourire qui décidemment ne voulait pas le quitter. Il était de bonne humeur et pas sur le point d’en changer d’aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Jeu 23 Mai - 23:48



Dormir… Est-ce qu’il existe un mot plus gratifiant, plus plaisant et plus reposant que ça? Être dans les bras de Morphée c’est mon passe-temps préféré… Je sais qu’habituellement je me lève tôt, que ce soit pour faire des devoirs ou pour aller à l’église pratiquer la messe qu’on mettra sur pied moi et la chorale mais le samedi c’est ma journée du sommeil. Alors en tant que bonne et gentille fille, je respecte cette journée ou du moins ce matin et je dors. Malheureusement pour moi j’ai un copain… Je peux l’appeler copain? Enfin, ce mec, celui qui n’arrête pas de me courir partout, qui réussit à entrer dans mon appartement même quand je verrouille la porte, celui qui s’amuse à me casser les pieds presqu’a chaque fois qu’il me voit. Je sais que ce n’est pas bien d’être en colère, de vouloir frapper quelqu’un… Dieu ne me le pardonnerait sûrement pas si je le faisais mais ce Léo, il ne peut pas être plus agaçant je vous le jure. J’étais en train de compter le nombre de licorne qui se trouvait dans mon rêve quand je me sentis brusqué par une voix masculine… Bon j’aurais très bien pu penser que cette voix venait d’un rêve que je faisais ou que la licorne s’était mise à parler mais non, s’était impossible. Premièrement parce que je ne faisais pas de rêve érotique, s’était pêcher et puis les hommes étaient beaucoup trop dégoutant pour que je puisse pensée les toucher de cette façon. Deuxièmement parce que je ne faisais pas de rêve qui sortait de mon imaginaire, je sais que les licornes n’existent pas mais des licornes qui parlent c’est beaucoup trop, sans parler que ceux de mon rêve n’avaient pas bougé leur menton. Il ne restait qu’une unique et seul option… Ce taré de Léo. J’ignorais si ma colocataire Harmony le trouvait de son gout, ou parce qu’il était un fier manipulateur qui avait réussi à lui faire croire que moi, une jeune fille très solitaire qui n’aime pas les garçons, puisse avoir un ami et qu’elle finisse enfin par le faire entrer mais il réussissait toujours son coup à la perfection. Frustré, j’ouvris un œil pour découvrir son minois à deux pouces du miens… Encore une fois il avait oublié de mettre un chandail, comment j’allais faire pour ne pas vomir… Il ne fallait pas que je vomisse. Je me surpris à reculer, par peur qu’il me touche ou que nos corps soit en contact, il n’avait pas le droit de me toucher comme moi je n’avais pas le droit. Je l’observais avec mon regard le plus meurtrier, ou le regard que j’avais pratiqué devant le miroir après l’avoir vu dans un film de bad ass. Il ne se laissa pas effrayer par mon visage, résigné, je me leva de mon lit en colère, lui dévoilant mon pantalon de pyjama trop grand remplit de toute sorte de motif et de couleur différente ainsi que mon éternelle chandail de groupe des ramones. ‘’ Tu peux arrêter de parler trois seconde? ‘’ Dis-je en me penchant vers ma commode pour prendre un jean noir et un chandail tout aussi noir pour au moins le faire chier d’une façon… Il devrait se trimbaler madame tout en noir. Une fois sortie de la salle de bain, je passa une main dans mes cheveux en le fixant.
Revenir en haut Aller en bas




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Ven 31 Mai - 18:12

Léo était persuadé qu’Alice rêvait de l’étriper en ce moment même, mais plutôt que de l’effrayer, cela lui donnait plus envie de rire. La demoiselle n’avait pas un caractère facile, c’était clair, et elle était tellement à l’opposé de Léo par moments qu’on pouvait se demander pourquoi ils traînaient ensembles, mais voilà, Léo avait l’art de devenir ami avec un peu tout le monde et à ne pas les lâcher après. C’était le genre de type populaire au sourire colgate toujours collé à ses lèvres et qu’on avait envie de frapper à le voir toujours aussi heureux alors que nous, nous déprimons. Si on ne connaissait pas Léo, on aurait pu le croire complètement timbré et sans gêne de rentrer comme ça chez les gens, mais à vrai dire son entourage avait l’habitude. Il ne le faisait pas toujours, et sonnait le plus souvent bien sûr, sauf dans ces jours où il était complètement motivé et débordant d’énergie, sans impatience, comme aujourd’hui. Alice dormait ? Aucun souci. Il allait la sortir du lit en deux secondes, même si devait la tirer par les pieds. C’était pour son bien à elle aussi après tout. Se prélasser toute la journée dans son lit n’était pas concevable pour Léo était des plus malsains à son avis, oui il était un peu bizarre parfois. Du coup sortir Alice des bras d’Orphée pour passer la journée dehors ne représentait rien d’autre qu’un bienfait, une bonne action qu’il réalisait pour elle. Lui-même ne parvenait jamais à faire la grasse-matinée ou à glander chez lui, et il n’avait jamais compris ce concept. Peut-être se prenait-il du coup pour un super-héros dont le but était de sauver les gens d’une vie ennuyante et solitaire ? Sûrement, mais cela pouvait susciter de l’agacement, c’était clair. « Ne me regarde pas avec ce regard haineux ma chère. Tu me remercieras plus tard. Je suis certain que tu ne sauteras même dans les bras tellement tu auras adoré cette journée. » Bon, il avait peut-être un peu trop d’espoirs, et devrait plutôt faire attention à ne pas se faire tuer dès qu’il tournerait le dos. « Tu verras. Un bon café et tu seras réveillée comme jamais. » Il ne traversait même pas l’esprit de Léo de s’excuser de son intrusion et d’avoir réveillé Alice de la pire manière qu’il soit.

Un grand sourire apparut sur ses lèvres tandis qu’Alice lui sommait de se taire quelques secondes, sûrement le temps qu’elle se réveille un peu et chasse le nuage noir de la fatigue autour d’elle. Il mima une fermeture éclair sur ses lèvres pour montrer qu’il demeurerait silencieux jusqu’à nouvel ordre, ce qui était un réel calvaire pour une pipelette comme lui. Se taire ? Mais Léo était le genre d’homme à se faire des conversations avec lui même quand il était seul chez lui tellement il n’aimait pas le silence, ou à allumer la musique à fond. Non ce n’était pas de la schizophrénie. Il avait juste un besoin oppressant de toujours parler. Que ce soit au cinéma, devant un bête film chez soi, en cours quand il allait à l’université, au boulot, il ne pouvait pas s’en empêcher. D’ailleurs il se demandait souvent quand ses potes allaient finir par le bâillonner, surtout quand ils regardaient un film. Il suivit du regard Alice attraper des affaires et se diriger dans la salle de bain. Il était satisfait qu’elle ne montre pas plus de résistance que ça, et passerait donc outre le fait qu’elle ait choisi des vêtements noirs. Ce serait la prochaine étape. Une chose à la fois. « Je peux parler maintenant ? Je n’oserais pas le faire sans ta permission ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Jeu 6 Juin - 4:59

Il mériterait un bon coup en pleine gueule... Léo avait des tendances agacante parfois même si je l'aimais de temps à autre - bon je le détestais plus souvent que je ne l'aimais - mais même si je l'aimais de temps à autre, présentement il me tapait sur les nerfs. J'avais l'impression que ma journée était gâché pour de bon, que je n'allais pas pouvoir la prendre pour me relaxer et pour prendre du repos.... Merde mon samedi était complètement réservé pour ça, tout le monde le savait. Maintenant j'étais en colère et je m'étais levé du mauvais pied. Je sais qu'habituellement j'étais une bonne chrétienne et que je devais pardonné et prendre soin de son prochain mais merde, même le matin? Je pris une longue respiration pour me calmer mais rien ne marchais.... J'avais envie de l'étrangler d'une façon ou d'une autre alors autant mettre mon plan à l'oeuvre... Qu'est-ce qui était mieux? Attendre qu'il soit dans un de ses monologue inscessant et le frapper par derrière avec l'un des poêle crade de la cuisine ou attendre qu'il m'observe et lui foutre mon poing dans le visage. Bon d'accord la bible ne permet pas de frapper ni de faire du mal à qui que ce soit mais si je demande à Harmony de le faire en lui promettant de faire un mois de vaisselle peut-être que ça marcherait. Bon d'accord sa suffit Alice, tu deviens méchante et incorrect... Léo veut juste faire de toi une personne amusante et moins coincé... Mais je m'aime bien moi en coincé, j'aime bien ne rien faire de mon samedi, le passer en pyjama à trainer dans mon appartement. Et merde pour qui il se prenait ce Léo? Pour un justicié de l'amusement, pour un super héro anti enmerdement... Ce qu'il ne comprenait pas s'était que je ne m'enmerdais pas, je m'amusais au contraire... Je passais du temps de qualité avec moi-même. Je passa une main dans mes cheveux tout en l'observant avec mon regard qui voulait dire: Fou moi la paix si tu veux vivre... Malheureusement pour moi, Léo ne se laissa pas intimider avec mon visage d'ange. '' Ça m'étonnerais mais c'est bien de rêver '' Dis-je avec ma voix la plus agacé. J'allais attendre qu'il ne soit pas attentif et j'allais lui faire payer cette petite intrusion dans mon appartement. '' Habituellement mon café, je le prend l'après-midi vers 12h '' Dis-je encore plus agacé... Il me tapait réellement sur les nerfs.

J'en avais marre de l'entendre parler, je n'en pouvais plus... J'avais l'impression que sa bouche n'arrêterais jamais, qu'il ne manquerait jamais de salive et qu'il continuerait jusqu'à ce que je perde mes oreilles... Lui demander de se taire s'était en fait, pour ma santé mentale, j'en avais besoin pour survivre. Une fois qu'il me fit un signe, je passa une main dans mes cheveux puis je tourna les talons pour aller prendre mes vêtements... De beau vêtement noir qui allait le faire chier. J'étais contente de voir qu'il allait être malheureux pour une fois dans sa matiné. J'alla dans la salle de bain, j'enfila mes vêtements, je ne me maquilla même pas, je ne paigna pas mes cheveux... Je me contenta d'ouvrir la porte en bourassant. Je me planta devant lui en soupirant... S'était une vrai blague, pourquoi j'étais ici? Oui tu peux parler Dis-je en soupirant, malheureuse de voir que j'allais devoir endurer ce calvaire.

[HJ: Désolé pour le retard, J'ai eu des problèmes d'ordinateur et j'ai pas réussit à prévenir! :$ ]
Revenir en haut Aller en bas




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Sam 15 Juin - 8:53

Peut-être étais-je un peu sado maso sur les bords. À vrai dire, il n’y avait aucun doutes sur le sujet. Je ne savais pas trop pourquoi je m’étais donné pour mission de décoincer la demoiselle devant moi et de lui faire décrocher des rires et sourires plus que des grognements, mais à la seconde où je l’avais rencontrée, j’avais su que je ne parviendrais pas à lâcher le morceau. C’était comme si quelque chose s’était emparé de moi. Je me prenais sûrement un peu trop pour un super héros, et la pauvre Alice n’avait rien demandé, mais c’était plus fort que moi. En général, j’obtenais ce que je désirais, car je ne lâchais jamais le morceau peu importe les obstacles sur mon chemin. Mais dans ce cas précis, je ne parlerais même plus d’obstacle, mais plutôt d’un énorme mur, pourquoi même pas le mur de Berlin ! Alice se protégeait derrière une carapace que j’avais du mal à percer et je savais que j’étais encore loin d’atteindre mon objectif, mais je n’abandonnerais pas. Sûrement voulait-elle que je la laisse tranquille, mais au fond de moi, je savais que mes intentions étaient bonnes et que cela ne pourrait que faire du bien à la demoiselle qui, à mes yeux, semblait une âme perdue que je devais sauver du naufrage. J’ignorais pourquoi je ne parvenais pas à concevoir qu’une personne ne puisse pas rire à longueur de temps et puisse être heureuse en étant si coincée. Après tout, la vie d’Alice lui convenait peut-être, mais cette idée ne voulait pas rentrer dans mon cerveau. C’était un fait : plus têtu que moi, il n’y avait pas. Alice avait beau me jeter les regards les plus meurtriers, je n’en étais pas moins obstiné. Certes, je n’aurais pas aimé qu’on me sorte du lit alors que j’avais prévu de me reposer toute la journée, surtout que je savais bien que le samedi était une sorte de journée culte pour Alice et qu’il ne fallait pas la déranger ce jour-là, après tout, ce n’était pas pour rien que j’avais décidé de me pointer ce jour de la semaine et pas un autre. Les mots « habitude » et « quotidien » me faisaient horreur. D’ailleurs, comment pouvais-je vraiment comprendre que quelqu’un puisse vouloir glander toute la journée alors que je n’y arrivais pas moi même ? J’étais une pile électrique : il fallait que je bouge à longueur de temps. Si je n’avais rien à faire, je faisais du sport, ou je passais m’incruster chez des amis. Même le dimanche je restais rarement chez moi, car je me rendais à l’hôpital toutes les semaines pour y travailler bénévolement cette journée. Mais ça, c’était une autre histoire, entièrement liée à la mort de mon frérot il y a des années de cela.
 

J’attendais que la demoiselle rousse me permette de reprendre la parole, ayant horreur de la fermer ne serait-ce que plus d’une minute. Je me demandais encore comme j’avais tenu à l’université et à l’école bien avant. Me taire pendant des heures ? Comment n’avais-pas pu devenir fou ? Même si on me clamait de dingue la plupart du temps. Là est peut-être la raison alors ! Enfin bref. « Tu comptes me regarder toute la journée avec ce regard assassin ? », plaisantais-je, même si j’étais un peu anxieux de recevoir un coup de couteau dès que je lui tournerais le dos. « Allez hop, pas le temps de te laisser manger ici. On te prendra de quoi remplir ton estomac au Starbuck ! » Je lui envoyai un clin d’œil, sachant que ce serait en vain et qu’elle continuerait à me haïr en silence pour lui avoir gâcher sa journée. « Je te demanderais bien la liste des choses les plus dingues que tu aurais rêvé faire, mais je pense que cela ne servirait à rien. Trop tôt. Trop tôt. » Je sortis de sa chambre en m’assurant que la miss me suivait, avant de me diriger vers la sortie et d’ouvrir la voiture en appuyant sur ma clé.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Mar 18 Juin - 3:43

Je crois que dans la vie il existe trois sortes de personne... Les personnes coincés, les personnes populaire et les boulets. Je ne me considérais pas comme une personne coincé, pas que je pense que je sois cool ou autre chose mais je suis persuadé que je suis beaucoup moins coincé que beaucoup d'autre jeune de notre école que je cotoyais tous les jours. Je ne me considérais pas comme une personne populaire, je n'avais presque pas d'ami, je ne courais pas les fêtes et les saouleries comme la plupart des gens populaire le faisait. Et je ne faisais pas parti des boulets parce que je ne passais pas le plus clair de mon temps à me rendre chez les gens pour les agacer avec ma présence et pour leur parler. Étrangement je ne faisais parti de rien... Moi j'étais une simple marginale qui faisait sa vie en solitaire et qui n'aimais pas être dérangé dans sa petite routine. Léo James était tout le contraire de ce que j'étais, il était impoli, brutal et culotté. Je le classerais dans presque toute les catégories de vie parce qu'il avait un peut d'elle. Premièrement il était dans les personnes coincés parce qu'il ne savait jamais quoi faire quand je lui faisais ma bouille provoquante et meurtrière de sorte qu'il restait un ringuard coincé. Deuxièmement, dans les personnes populaire parce qu'il avait des muscles de douchbag et un visage de barbie plastiscienne... Qu'il possédait un troupeau d'ami et d'admiratrice prête à sauter dans son lit n'importe quand, n'importe ou et ou il le voulait. Et troisièmement, il faisait partit des boulets parce que de tout ceux qui me connaissait intimement disons le comme ça, personne n'oserait entrer dans mon appartement et venir me réveiller le matin pour me faire sortir dehors... Il parlait sans arrêt chose qui pouvait devenir agressante et agaçante quand on était pas encore préparé à ça. Bon j'étais peut-être l'une des personnes les plus mystérieuse qu'il connaisse mais il y avait quoi de mal la dedans? Je n'avais pas envie de me faire briser le coeur, pas envie de me faire niaiser et encore moins envie de perdre mon temps avec une personne qui se foutais de moi... S'était si mal que ça? 

Je voyais bien qu'il mourrais d'envie de me parler, il n'en mourrait pas juste d'envie, s'était devenu un besoin naturel... Un peu comme l'eau nous est une nécessité. Je prenais un plaisir à le voir souffrir, je sais que ce n'est pas bien et que dieu me foudroirait du regard en voyant ça mais ce n'est pas comme si je le faisais souffrir physiquement ou psychologiquement donc autant dire que je n'avais rien fait! '' Je compte continuer jusqu'à ce que tu pète les plombs et que tu décide de me laisser dormir de nouveau... Ou mieux encore, que tu te décide à faire tout mes devoirs que tu risque de me faire rater! Dis-je en baissant les yeux vers mon chandail, j'étais nerveuse... Il me rendait complètement nerveuse, j'avais l'impression que je ne connaissais rien de lui, rien de ce qu'il comptait me faire faire et rien de ce que j'allais devenir si je me laissais aller. '' Je n'ai pas faim '' Dis-je lassement en passant une main dans mes cheveux. Si je jouais les femmes obstinés et grincheuse il déciderait peut-être de me laisser tranquille. '' Je n'ai pas besoin d'une liste pour m'amuser et encore moins de toi. '' Dis-je encore plus grincheusement. Je l'observa sortir de la chambre et résigné, je soupira en le suivant.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Mar 18 Juin - 20:24

Peut-être étais-je trop habitué à toujours avoir tout ce que je voulais, du moins la plupart du temps, et à ne pas recevoir de non comme réponses. Sans doute était-ce devenu un acquis pour moi et n’y faisais-je même plus attention. J’étais de ceux à qui la vie souriait, et qui regardait toujours le côté positif des évènements. Je n’avais tellement pas l’habitude qu’on me trouve insupportable ou qu’on puisse me dire non à quelque chose qui m’emballait, que le comportement d’Alice me semblait un peu irréel, tel que j’avais du mal à capter ses piques et sa mauvaise humeur. J’étais tellement obstiné que tout ça me passait à travers et qu’elle pouvait très bien me parler d’un truc à la rien à voir, je n’aurais pas plus écouté tellement mon objectif me préoccupait plus qu’autre chose. Je pouvais être un boulet parfois, mais jamais sans m’en rendre compte, ou alors peut-être mon esprit faisait-il exprès de l’ignorer. Quoi qu’il en soi, j’avais du mal à m’imposer des limites et c’était le cas à présent avec la demoiselle rousse. Qui d’autre que moi aurait osé débarquer comme ça chez elle et imposer son programme ? Il fallait être complètement culotté et insouciant, c’était clair, mais j’étais tellement animé par ma sainte mission, que je ne m’en préoccupais même pas. Je sortis d’un pas assuré de la chambre de la demoiselle, d’une certaine façon certain qu’elle me suivrait malgré sa réticence. Elle aurait pu me claquer la porte au nez et m’envoyer bouler, n’empêche qu’au final elle se retrouvait dehors avec moi, prête à embarquer dans ma chère voiture. Je levais la main d’un signe « cause toujours » quand elle me lâcha qu’elle n’avait pas besoin de moi, et m’avançai vers l’auto pour lui ouvrir la portière « Je vous en prie ma chère. » Je lui envoyai un de mes plus beaux sourires avant de me diriger vers ma propre place et de m’installer au volant. « Faim ou pas, il faut manger le matin. Je ne voudrais pas que tu tombes dans les pommes ou quoi que ce soit. » J’enclenchai le contact avant d’enchaîner : « Oh et ne t’inquiètes pas pour tes devoirs. Tu es étudiante, ce n’est pas comme si tu allais te faire renvoyer d’un boulot important ou je ne sais quoi. Relaaax ma belle, c’est normal pour des jeunes de vouloir profiter un peu de la vie et de ne pas être parfaitement en ordre ». Je pouvais parler, j’avais toujours décroché les meilleures notes malgré le fait que j’étudiais très peu et rédigeais généralement mes travaux à la dernière minute avec la gueule de bois à l’époque où j’étais encore étudiant. J’avais toujours pris ma vie d’élève à la Hakuna Matata, ne me préoccupant pas plus que ça de réussir ou non. Par bol, j’étais de ces élèves insupportables qui brillaient malgré tout, un peu comme les femmes qui ne cessaient de manger mais ne perdait aucun kilo. Enfin bref. « Premier stop, self drive du Starbuck. Après je te dirais bien « c’est toi qui voit », mais je sens qu’on retournerait chez toi illico et que le programme serait de dormir, alors je préfère ne pas prendre de risques ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   Jeu 20 Juin - 1:05

J'avais de la difficulté avec les hommes, autant dire que je ne les aimais pas... Ils étaient tous des hypocrites, des porcs et des pervers en soif de sous-vêtements à se mettre sous la dent. Je ne connaissais pas assez Léo pour savoir si il faisait parti de ce groupe de mec mais j'en était persuadé. J'ignorais pourquoi Léo tenait à me faire sortir, j'ignorais pourquoi il s'acharnait sur moi... J'avais beau être la fille la plus snob et la plus mystérieuse du monde j'étais encore assez présente dans la société pour me rendre en cours et savoir ce que les autres disaient sur lui. Léo était un homme culotté qui n'acceptait pas les non, il était narcissique et menteur... Toujours aussi manipulateur il tente de mettre chacune des situations à son meilleur pour qu'il paraisse comme le meilleur. Léo est un homme gentil, passionné et adorable quand il ne se laisse pas distraire par ses nombreux défaut. Pipelette depuis son plus jeune âge, il ne peu pas s'empêcher de raconter les secrets de tout le monde... Personne ne lui fait confiance à cause de ça. Toute les filles de l'école ou presque voudrait coucher avec lui seulement Rosa les fait tous fuir. Qui est Rosa? Une belle blonde qui va à la même école que nous, autant dire qu'elle écrase la compétition à condition qu'il y en est déjà eu une. Léo n'était pas le genre de personne qui se prenait pour un héro, il n'aidait jamais les handicapé dans le couleur, les petit roux dans le cours de gym et encore moins les dislexyque en français... Je sais que j'ai fait son portrait rapidement mais croyez-moi, c'est ce qu'on dit de lui. La question qui me revenais toujours en tête était pourquoi moi? Pourquoi avait-il choisit moi comme première acte de gentillesse, comme premier service envers la communauté? Étais-je aussi laide que ça? Est-ce que j'avais l'air d'une jeune femme rejeter... à moi que ce soit les cheveux roux, tout le monde on tendance à penser que les roux sont solitaire... merde je le suis par choix moi! Je le suivis jusqu'à sa voiture en bourassant et en trainant des pieds, je n'avais pas envie qu'il pense que j'était heureuse de l'accompagner... La seule idée d'entrer dans sa voiture répugnante me levais le coeur. Imaginez le tableau, Léo couchant avec une femme... Non, Léo couchant avec plein de femme dans cette bagnole. Je cacha mon dégout en embarquant tout en ignorant sa réplique charmeuse... '' Garde ça pour une personne à qui sa fait de l'effet '' Dis-je avant de fermer la porte moi-même. '' Domage moi qui pensait trouver mon refuge dans les bras d'une magnifique jaquette d'hôpital... Les vieux sont marant quand on joue au carte '' Dis-je en souriant pour qu'il comprenne que je trouvais plus palpitant le fait d'aller jouer au carte une après-midi de temps avec des vieux plutôt de que de partir avec lui je ne sais ou. '' Je ne suis pas parfaitement en ordre... Je suis musicienne je te rappelle '' Dis-je avec dédain. Je n'avais pas l'habitude de travailler fort à l'école... Je comprenais assez bien l'esprit criminelle et puis quand on est passionné par quelque chose c'est assez facile d'apprendre... Je suis passionné par mon métier. '' J'ai pas faim '' Dis-je en croisant les bras, je refusais de sortir.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission dévergondage numéro un FT Alice   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission dévergondage numéro un FT Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission:Un dernier numéro
» [mission] Un dernier numéro !
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Viens avec nous au pays des kangourous
 :: memories of you :: Archive: RPS inachevés
-