AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de nombre de ligne exigées!
Welcome to Kawana Waters!
Le forum a ouvert ses portes le 11 mai 2013.
Aucune prise de tête, que du fun!
Fun, fun, fun! Oh et aussi du feu!
Il y en a qui s'amuse avec le feu!
Et si toi aussi, tu rejoignais le clan des pyros?

Partagez | 
 

 Scuse me, can I help you? ∞ ft Saphire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message



Invité


MessageSujet: Scuse me, can I help you? ∞ ft Saphire.   Mer 7 Aoû - 10:12


University ◈ ft SAPIRE E. LIGHTNER
Scuse me, can I help you?
La rentrée universitaire

© by lizzou

C
e matin, le chant des oiseaux ne se fit pas attendre. Et ce fut sous le regard moqueur de ces bêtes-là que Mme Roberts, la locataire du troisième, sortit de l’immeuble pour son sport du matin : le footing. Ce dernier se limitera évidemment à quelques mètres, de quoi rejoindre la boulangerie du coin. Le facteur, comme à son habitude, ramenait le courrier en se plaignant de la lourde porte qui donnait accès au hall. Le jeune gringalet avait quelques difficultés avec tout ce qui était sujet à avoir de la force, même peu. Cette journée n’était qu’une journée banale, une journée inscrite dans un quotidien lassant et ennuyeux. Les mêmes habitudes, la même routine. C’est ce que tout le monde pensait ce matin-là, c’est ce à quoi tout le monde rêvait : « sortir de sa routine ». Et pourtant dans un petit appartement de Kawana, ce n’était pas la pensée du jour. Effectivement, la jeune femme, qui y logeait, était étudiante. Alors la routine très peu pour elle. De plus, son projet de métier ne lui accorderait pas la chance de se plaindre de cette dernière : passionnée de cinéma, elle a toujours souhaité en faire son avenir, bien qu’incertain. Evidemment, même si Caitlin ne connait pas la routine, elle garde tout de même des rituels dans sa vie d’étudiante. Et ce matin, ces bons vieux rituels lui redonnèrent visite, car aujourd’hui la rentrée universitaire de Juillet avait lieu. Elle s’était ainsi préparée en conséquences, en prenant soin de ramener le nécessaire, voir plus, nécessaire qui, vous vous en doutez, ne va pas perdurer dans le temps. Et comme les deux précédentes années, elle avait acheté quelques gadgets ayant pour unique objectif de la rendre un peu plus organisée. Ces derniers finiront rapidement en compagnie d’autres déchets. Non pas que l’efficacité de ces objets soient à mettre en doute, au contraire, ils sont juste révélateur du manque de motivation de la future cinéaste. Il est vrai que dresser un tel portrait peut vous faire songer qu’il s’agit ici de l’incarnation même d’un cancre... Détrompez-vous ! Elle a toujours été l’une des premières, depuis toute petite, son manque d’organisation ne l’a jamais réellement freinée, son esprit passionné et curieux prenant le dessus. Effectivement, Caitlin a toujours été fasciné par tout ce qu’on lui apprenait. Elle se rappelle encore à l’école élémentaire ses yeux écarquillés dès que son professeur lui parlait de l’Histoire. Avide de savoirs, elle s’émerveillait de savoir qu’elle n’était qu’un petit grain de poussières dans toute cette familière qui perdure, et perdurera. Quand d’autres s’inquiètent sur le futur de leur existence en songeant à ces tristes pensées, elle, elle en sourit.  



Après s’être habillée, chaussée, et maquillée, notre protagoniste ne s’attarda pas dans la partie cuisine. Elle n’avait pas pris l’habitude de prendre un petit déjeuner, donc par conséquent, elle n’avait pas faim. Elle glissa, cependant, un met à grignoter en songeant à son pauvre estomac qui risquerait rapidement de crier famine. Avant de partir, elle vérifia rapidement d’avoir pris tout le matériel : sa trousse, son bloc note, son trieur… Après une rapide vérification, elle remarqua que tout semblait prêt. De toute façon, s’il lui manque quelque chose, elle pourra toujours s’arranger. Elle s’extirpa donc de son petit cocon, en veillant à bien fermer sa porte. Elle dévala alors les escaliers pour ensuite rejoindre l’arrêt de bus, comme une écolière s’engagerait sur le chemin de l’école. Lorsqu’elle y parvint, elle vit le bus arriver et y rentra en présentant son titre de transport. Synchronisation parfaite. Arrivée à destination, elle respira profondément, comme pour vérifier si l’odeur n’avait pas changé. Elle sourit à la vue des quelques kangourous qui gambadaient près du parc, comme lors de sa première visite de l’université. Elle redécouvrait ce lieu, qui lui était pourtant si familier. Elle reprit alors sa marche, atteignant enfin le hall principal. Il y avait déjà beaucoup de jeunes, elle qui pensait arriver dans les premières. Une foule était dressée devant le tableau d’affichage, elle parvint tout de même à s’y glisser sans grande difficulté. Elle put alors regarder le programme de la journée. La sortie fut bien plus compliquée, mais après quelques manœuvres, elle s’extirpa de ce bal populeux.  Rien n’avait changé en quelques mois. Tout était intact. Des visages familiers lui lancèrent quelques sourires qu’elle ne tarda pas à renvoyer pour faire bonne figure. Certains allèrent même jusqu’à lui dire bonjour et à lui demander quelques nouvelles. Toutes ces mœurs de retrouvailles l’irritaient : répéter les mêmes phrases à des personnes différentes pour résumer ces vacances, et leur retourner la question, alors qu’on se moquait éperdument de si un tel ou une telle avait perdu son chat ou avait pu se rendre en Europe en famille. Mais bon, il fallait faire bonne figure, toujours faire bonne figure. Il est vrai que Caitlin pouvait se révéler grande gueule, mais quand il le fallait, elle savait mettre de côté cette facette déplaisante de sa personnalité, même si des fois elle avait du mal à retenir quelques vérités au fond de sa gorge. Mais bon, il lui restait encore  une année pour obtenir son Bachelor, alors autant faire profil bas pour que cette ultime année se passe dans de bonnes conditions. Ensuite, elle pourra rentrer dans le monde professionnel. Ce sera, d’après elle, amplement suffisant avec son TAFE, déjà que celui-ci était suffisant, seul. Mais pour son avenir, il est important de prendre des précautions, même si ces dernières durent trois ans.

Elle sortit ensuite de tout cette effervescence, sans une égratignure, pour rejoindre un banc à l’extérieur sur lequel elle pourrait se poser tranquillement en attendant le début des cours. Elle ouvrit son sac pour en sortir un livre qu’elle avait entamé 3 jours auparavant sans avoir eu le temps d’y retoucher depuis, occupée à préparer l’actuel événement qu’elle était en train de vivre. Elle sortit par la suite la barre chocolatée qui gisait dans la petite poche de sa besace, et commença à la grignoter en prenant soin de ne pas salir les feuilles de son Graal de papier. Elle entra dans sa planète, tout semblait silencieux autour, le temps ralentissait… La sonnerie interrompit alors son état de tranquillité. Elle rangea calmement ses affaires après les avoir rassemblées, alors que tout s’accélérait autour d’elle. Elle avança vers le hall qu’elle avait abandonné ultérieurement quand une scène éveilla sa curiosité.



Maxime, son binôme de TD francophone d’il y a deux ans, semblait avoir une présence, disons, étouffante auprès d’une jeune étudiante. Cette dernière n’était pas dans la base de données de la mémoire de Caitlin, il s’agissait sûrement d’une nouvelle, elle semblait tellement égarée. Quand elle vit que son ancien camarade devenait de plus en plus insistant, elle décida de s’en mêler.

« Hé Maxime, t’as pas autre chose à faire, comme aller en cours ?
- Te mêle pas de mes affaires, Johnson. »

Par la suite il grommela quelques mots, elle ne put pas les distinguer, mais il lui semblait qu’ils s’agissaient d’insultes qu’il avait lancées dans sa langue maternelle. Elle lui répondit par un sourire moqueur. C’est vrai que celui-là se prenait pour une brute, mais il était loin d’avoir un gabarit très épais, si bien qu’il y a deux ans, tout le monde le surnommait « le fil de fer », rien de bien méchant, évidemment, juste une petite moquerie amicale. Mais bon elle non plus n’avait pas la carrure la plus imposante qu’il soit... Donc si elle souhaitait aider la jeune inconnue à ne pas se souvenir de son premier jour à cette université comme le pire de sa vie, le chantage était son meilleur recours, et elle savait à quel point ce petit homme était sensible lorsque l’on effleurait du doigt sa réputation.

« Si Samantha savait la chose.. »

Caitlin n’eut pas besoin de préciser la chose que monsieur en fit tout retourné. Il mit fin au dialogue, et repartit bredouille, en n’oubliant pas entre deux pas de lui jeter un regard noir. Si seulement, il savait que je ne savais strictement rien de compromettant sur lui et que je ne sais même pas ce qu'est la chose... La manipulation, Caitlin n'osait pas en abuser, mais quand il s'agissait de notre seule ressource. Le bluff restait tout de même sa technique préférée: faire croire que l'on a toutes les cartes en main quand l'on a strictement rien. Elle tourna son regard à la jeune inconnue en l'accompagnant d'un sourire, plutôt fière de ce qu'elle venait d'accomplir, même si il ne s'agissait pas d'un exploit.  


Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Scuse me, can I help you? ∞ ft Saphire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (libre)[C] Saphire Amrod, nymphe démoniaque
» Saphire reine de fée!(très fini!)
» L'amour ça ne s'explique pas [PV]
» [À LOCK][DON] Code démo pokemon rubis oméga saphir alpha
» Distribution : Zigzaton Chromatique RUBY SAPHIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Viens avec nous au pays des kangourous
 :: memories of you :: Archive: RPS inachevés
-