AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pas de nombre de ligne exigées!
Welcome to Kawana Waters!
Le forum a ouvert ses portes le 11 mai 2013.
Aucune prise de tête, que du fun!
Fun, fun, fun! Oh et aussi du feu!
Il y en a qui s'amuse avec le feu!
Et si toi aussi, tu rejoignais le clan des pyros?

Partagez | 
 

 Victoria James △ Money begets decay.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message



Invité


MessageSujet: Victoria James △ Money begets decay.   Lun 22 Juil - 18:53




Victoria Aenor James
feat Phoebe Tonkin.

« Dans la déchéance des autres, on n'entre pas sans s'abaisser. »


    Nom : James
    Prénom : Victoria, surnommée Tori.
    Date de naissance : 27 Mai 1994.
    Nationalité : Australienne.
    Lieu de naissance : Perth.
    Statut civill: Célibataire.
    Orientation sexuelle : Hétéro.
    Classe sociale : Riche.
    Emplois ou études : Dernière année de lycée. (Redoublante)
    Chanson favorite : Russian roulette - Rihanna.
    groupe : Dingo.
    Crédit avatars, gifs... : Tumblr, Bazzart.





Extravertie, je crois que c'est le mot qui me décrie le mieux. En fait, je n'ai honte de rien. J'aime qu'on me vois, j'aime être au centre des regards et attiser l'intérêt des gens. Me promener en culotte devant une assemblée entière ne me poserais aucun soucis, tout comme aborder quelqu'un de totalement inconnu. D'ailleurs en parlant de ça, on pourrait aussi dire que je suis charmeuse, voir très entreprenante. Si un garçon me plaît, je n'hésiterais pas à aller le draguer et plus si affinités. Quoi qu'une fille aussi, cela dépend du nombre de grammes que j'ai dans le sang. Dépassé un certain niveau, je crois que je ne fais plus vraiment grande différence. De toute manière, du moment que je ne termine pas la soirée seule, tout me va, surtout depuis que je suis arrivée à Kawana Waters, car à présent je ne dois plus fidélité à personne et il n'est pas né celui qui arrivera à me tenir en laisse. Je compte bien donner le pire de moi-même et ceux qui espère me changer peuvent d'ores et déjà abandonner tout espoir. Ma vie actuelle me plaît trop pour que je veuille en changer. De toute façon, j'obtiens tout le temps ce que je veux, car je sais être très persuasive. Je pense que cela me vient de mon côté enfant gâté, car lorsque j'étais jeune, mes parents ne me refusaient rien. Vivre dans une famille aisée est une chose, mais se défaire de tous les défauts venant de ceci une fois sortie du contexte familial en est une autre. Je crois même que c'est impossible, car même avec les années, je suis toujours aussi capricieuse. Personne ne se refuse à moi et quand bien même cela arriverait, je trouverais toujours une parade pour arriver à mes fins. Néanmoins, je ne me considère pas comme étant manipulatrice, au contraire, je suis plutôt franche et quand quelque chose ne va pas, je ne passe pas par quatre chemins pour le dire, quitte à blesser la personne. J'avoue que cela peut être une qualité comme un défaut, mais je me suis toujours dit qu'une vérité qui blesse valait mieux qu'un mensonge qui fait du bien. D'ailleurs, je n'aimerais pas qu'on me mente simplement dans le but de ne pas me froisser. Non, j'aime les personnes qui ont du caractère et j'ai même un petit faible pour ceux qui me tiennent tête, malgré que je déteste avoir tort. C'est un peu contradictoire, mais je suis la définition même du paradoxe. Les gens trop passif m'ennuie, tout comme la routine. Si l'on me dit oui à tout, ou que les choses deviennent trop faciles à réaliser, je risque de rapidement me lasser, car j'aime le challenge. Je suis une joueuse, dans tous les sens du terme, mais une chose est sûre, c'est que je n'aime pas perdre. Et oui, j'ai en effet très mauvais caractère. Je peux m'emporter pour une broutille, mais je dois avouer que j'aime le conflit. De toute manière, je suis incapable de garder un secret. Enfin, ce n'est pas que j'en suis incapable, c'est que je n'en ai pas l'envie. J'aime créer des histoires et voir comment les gens se comporte lorsqu'ils se retrouvent dos au mur. C'est un peu malsain comme attitude, mais ça me fait rire et puis, sa passe le temps. De part tout cela, on pourrait penser que je suis une garce. Bon, c'est un peu le cas, mais je suis aussi très marrante quand je le veux, surtout avec les gens que j'apprécie. Je suis toujours la première à répondre présente lorsqu'il y a un événement quelconque, bien que le plus attirant pour moi dans les soirées soit l'alcool et non les personnes s'y trouvant. Pour résumer, je peux être votre meilleure amie, comme votre pire cauchemar. Tout dépend la façon dont vous m'aborder, car je me fis très souvent à ma première impression, bien que celle-ci puisse changer si nous nous retrouvons autour d'un verre de Wisky. Et oui, je bois beaucoup, je fume beaucoup et je prends pas mal de substances déclarées illicites par l'état, mais je ne pense pas que cela puisse être un défaut. Après tout, on n'a qu'une seule jeunesse, alors autant en profiter tant qu'on le peu encore.


C'était un soir, lorsque j'habitais toujours à Perth. J'avais joué à ce jeu idiot nommé Cap ou Pas Cap. Je n'ai jamais réellement aimé jouer à ça, car je me retrouvais toujours dans des situations totalement absurdes, mais bon, ça me faisait rire au fond alors il n'en fallait pas beaucoup pour me convaincre. J'aurais milles histoire à raconter à propos de cela, toutes aussi loufoques les unes que les autres, mais l'une d'entre elle m'a marqué. On ne peut pas dire qu'elle s'est très bien terminée, mais j'ai beaucoup rigolé ce soir-là alors c'est pour cette raison que je souhaite aujourd'hui la raconter.

Alors que j'étais assise à la terrasse d'un bar en compagnie d'Andrew et de plusieurs de nos amis, l'un d'entre eux a insisté pour que l'on fasse quelque chose d'amusant. Bien sûr, il ne lui fallut que peu de temps pour penser au Cap ou Pas Cap et lorsque vous avez l'esprit embrouillé par plusieurs traces de cocaïne, croyez moi que vous ne pouvez pas refuser. L'état de surexcitation vous pousse à faire n'importe quoi, vous pousse à bouger dans tous les sens dans le simple but d'épuiser cette énergie factice que procure cette drogue. C'est un sentiment assez étrange qui vous empare, un sentiment de toute puissance. Ainsi, j'ai acquiescé sans réfléchir lorsque mon ami m'a demandé d'aller draguer l'un des policiers qui patrouillaient de l'autre côté de la rue. C'est donc après avoir légèrement relevée ma jupe, abaissé mon haut et bu une dernière gorgée d'alcool que je me suis levée, titubant à moitié, manquant de me ramasser en descendant du trottoir afin de rejoindre celui qui avait été désigné comme ma cible du soir. Je l'ai salué de manière peut-être un peu trop familière avant de poser ma main sur son épaule et de rapprocher mon corps du sien. Évidemment, il m'a repoussé immédiatement en me demandant si j'avais bu, question à laquelle j'ai répondu que non, mais mes pupilles dilatées ne pouvaient que me trahir. Tentant une nouvelle approche, allant même jusqu'à essayer de poser mes lèvres sur les siennes, je n'ai néanmoins rien eu le temps de faire, car je me suis très vite retrouvée bloquée face au mur puis menottée. Vous devinez certainement la suite, mais je vais tout de même vous la raconter. Une paillasse dur comme de la pierre, pied nus, sans aucune couverture et coincée entre quatre murs. Voilà comment j'ai passé la nuit. En cellule de dégrisement si vous préférez. Bon, ce n'était pas la première fois et ce ne fut pas la dernière, mais je dois avouer que même si je ne me souviens que vaguement de cette soirée, je m'en serais bien passée. Alors la prochaine fois qu'on me propose un pari idiot comme ça, je vous supplie de tout faire pour m'en dissuader ! Même si la tâche sera sûrement compliquée...





Prenez votre ordinateur ou votre ipod et écoutez vos musiques en mode aléatoire, la première chanson sur laquelle vous tomberez, correspondra à l'opening credit de votre vie, continuer au fur et à mesure, jusqu’à arriver à end credit.
Opening credit: On Ne T'oublie Pas by Mister You
Waking up: Till The World Ends by Britney Spears
First day at school: Jamming by Bob Marley
Falling in love: Nobody's Business by Rihanna
Fight song: Rudeboy by Dub Incorporation
Prom: Not Afraid by Eminem
Life: Criminal by Britney Spears
Mental breakdown: Vie D'artiste by Keny Arkana
Driving far away: Thug Mariage by Rohff/Indila
Flashback: Ma Meilleure by La fouine/Zaho
Wedding: Amnesia by Nessbeal
Birth of child: How Many Times by Naaman
Final battle: Fly by Rihanna/Nicki Minaj
Death scene: Gangster's Paradise by Coolio
Funeral song: Real Estate by Wiz Khalifa
End credit: Headlines by Drake





Je m'appelle Jennifer et j'ai 19 ans. J'ai connu le forum grâce à un Top-site et je le trouve Très bien fait. Ma fréquence de connexion est de 5 sur sept en rp et de 7 sur sept pour mon activité. Je viens de France. J'ai pris Phoebe Tonkin comme célébrité et le mot de passe est un kangoo averti en vaut deux.

FICHE CRÉÉE PAR THISH.


Dernière édition par Victoria James le Mar 23 Juil - 20:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Lun 22 Juil - 18:53




it's my life !
« For better and worse. »

Une simple plissure sur un chemisier équivalait à de lourdes remontrances. Avisiez-vous de vous tromper de fourchette à table et la troisième guerre mondiale était déclarée. Deux parents avocats, une gouvernante, un majordome, trois femmes de ménage, un jardinier, un cuisinier, un chauffeur, un gardien de maison et enfin, une fortune colossale. Ainsi était ma jeunesse. Idyllique en apparence, mais j'aurais bien échangé ma place avec n'importe qui pour pouvoir sortir de cette haute société, comme se plaisaient à l'appeler mes parents. Coincée entre les mailles d'un règlement emplit de règles loufoques. Pendant dix-sept années je les aie suivis à la lettre, sans broncher, sans jamais contester les figures d'autorité qu'étaient mes géniteurs. Fille unique, petite fille modèle. C'est ainsi qu'ils me présentaient. Première de sa classe, ayant une moyenne avoisinant la perfection, vouée à un avenir prestigieux. A les entendre, ma destinée était toute tracée, mais le pire dans tout cela, c'est que je les aie crus. Oui, j'ai cru que la vie se résumait à côtoyer des personnes importantes, à se pavaner dans de somptueuses robes hors de prix à toutes sortes de gala mondain et à être au-dessus des autres, tout le temps, dans tous les domaines. Je les ai crus, longtemps, bien trop longtemps, jusqu'à ce que le destin décide de m'ouvrir les yeux. Jusqu'à ce qu'il décide de mettre sur mon chemin une personne qui allait totalement changer mon existence.

Aujourd'hui, je me rend compte à quel point cette vie n'était pas faite pour moi. Certes, j'aime l'argent, j'aime les belles choses, les choses chères qui n'ont la plupart du temps aucune utilité, mais c'est tout le reste qui m'insupporte. Les bonnes manières, le langage bien trop soutenu et la fausse apparence que chacun doit se donner. Bien sûr, à l'époque j'aimais ça, mais en y réfléchissant, je crois bien que si j'appréciai cette vie, c'est simplement parce que je ne connaissais rien d'autre. J'ai toujours eu des facilitées en ce qui concerne les études, ainsi la surcharge de travail que je m'imposais ne me dérangeais pas. Pour ce qui était de mes fréquentations, c'était la même chose. Des enfants de riches, des gamins avec qui j'avais grandi et qui côtoyaient les mêmes écoles privé et hors de prix que moi. Nos passe-temps étaient loin de ceux des adolescents normaux, puisqu'ils se résumaient à prendre le thé dans nos domaines familiaux et lorsqu'on s'octroyait une sortie, c'était pour faire les boutiques dans les quartiers chics, là où peu de gens pouvaient se permettre d'acheter tant les prix étaient exorbitant. On s'amusait, on rigolait, on aimait se raconter les ragots qui couraient sur telle ou telle personne, mais les réelles distractions de mon enfance, je ne les aie pas partagées avec mes amis. Non, car les seules fois où je pouvais vraiment me permettre de sortir de ce contexte, c'était lorsque j'allais rendre visite à mon oncle et ma tante, ainsi qu'à leur fils, Léo. Ce dernier était mon échappatoire. Lorsque j'étais avec lui, je pouvais me permettre de faire ce que je voulais. D'ailleurs, maintes fois il m'a emmené avec lui dans toutes sortes d'embuscades. Je me souviens même d'un jour où il m'avait fait sauter par-dessus une clôture. J'avais réussi, j'étais fière de moi. Par contre, le regard de ma mère face à mes genoux recouverts de terre et aux différents trous que j'avais fais dans ma robe me fit rapidement redescendre sur terre. Léo riait, mais moi, je me rappelle en avoir presque pleuré. Je devais avoir cinq ou six ans à l'époque, mais je m'en souviens comme si c'était hier. J'aimais passer du temps la-bas, à Kawana Waters. J'aimais mon oncle et ma tante et j'aimais encore plus mon cousin. D'ailleurs, au fur et à mesure que je grandissais, notre relation devint de plus en plus forte. Je me confiais beaucoup à lui, que ce soit lorsque nous nous voyons, chez lui ou chez moi, ou même par e-mail ou texto. Il était l'ancre qui me rattachait au monde réel en quelque sorte, mais encore une fois, à l'époque je ne m'en rendais pas compte. A présent, avec le recul, je sais qu'il m'a beaucoup aidé et que sans lui, je ne serais peut-être pas là où j'en suis à présent. S'il savait cela, il culpabiliserait certainement, il m'engueulerait même de dire une telle chose, car je pense qu'il ne veut en aucun cas être mêlé à ce que je suis devenue et pourtant, sa liberté et son audace ont été un exemple pour la petite fille que j'étais. Que je suis toujours.

Ce n'est que plusieurs années plus tard que ma vie bascula, lors du bal de fin d'année des terminales auquel j'avais réussi à me faire inviter grâce aux connaissances de mes parents. Je m'y étais rendu avec quelques-unes de mes copines qui comme moi, étaient toujours en première. Ce genre de soirées ne nous étaient pas habituelles, mais une chose est sûre, ce fut la meilleure de ma vie. Non pas pour l'ambiance, ni même pour la musique ou les boissons. Non. Pour un garçon. Andrew. Le garçon qui allait par sa simple présence donner un second souffle à ma vie. J'étais loin de m'en douter, je me souviens d'ailleurs avoir été maladroite avec lui lors de nos premiers mots échangés, mais visiblement, cela lui à plu et puis, encore aujourd'hui je suis certaine que c'est le destin qui la mit sur ma route, tant nous nous sommes rapidement rapprochés. Quelques bisous échangés, la promesse de nous revoir au plus vite et voilà comment tout à commencer. J'étais comme dans un de ces comptes pour enfants où le prince et la princesse se rencontrent parmi la foule, se promettant amour et fidélité pour terminer sur un mariage et de beaux enfants. Je me pensais déjà amoureuse, j'imaginais ce que serait ma vie à ses côtés et j'espérais que jamais il ne m'abandonne. Naïve vous dites ? Certainement. La vie de riche héritière n'a pas que de bons côtés, puisque malheureusement, ou heureusement, je ne sais trop comment le qualifier, je ne me suis pas douté une seule seconde de ce qui allait m'arriver.

Les semaines passaient, puis les mois. Andrew et moi formions ce qu'on peut appeler un couple. Je faisais mon possible pour le voir un maximum, usant de mensonges et stratagèmes en tout genre pour que mes parents ne se doutes de rien. D'ailleurs, je me surprenais d'être aussi bonne bluffeuse, moi qui n'avais jamais osé me servir de ce pêché auparavant. Ainsi, je leur disais que j'allais voir des copines, ou que je me rendais à la bibliothèque pour consulter un ouvrage dont j'avais besoin pour mes cours. Toutes sortes d'artifices qui avaient pour but de voiler ma relation amoureuse, mais il faut dire que celles qui m'ont le plus aidés dans tout ça, ce sont mes amies. Elles n'hésitaient pas à mentir pour moi, ainsi je pouvais donner leurs numéros en toute confiance à mes parents, sachant que ces dernières me couvriraient quoi qu'il leur en coûte. Je ne les remercierais jamais assez pour ça, même si à la longue, les doutes ont emplie la tête de mes parents. Des résultats en baisse, une ponctualité hasardeuse et un comportement étrange qui s'intensifiait au fil des mois. Je ne me voyais pas changer, mais eux n'étaient pas dupes. Je leur répétais qu'il n'y avait rien, que j'étais simplement fatiguée par la masse de travail à l'approche des examens, mais la vérité était toute autre.

Mes journées, je les passais dans l'appartement d'Andrew. Un petit vingts mètres carré qui me changeait de ma vaste demeure, mais où je me sentais libre. Où je me sentais vivre. Je côtoyais ses amis et leurs occupations étaient à l'opposer des miennes, bien que très vite, le besoin de nouveauté l'emporta sur mes convictions. Ils passaient leurs soirées à boire, s'enivrant parfois durant des week-ends entier. Durant des semaines j'ai refusé d'ingurgiter ce breuvage auquel je n'avais jamais goutté, mais Andrew à su me convaincre de rentrer dans leur monde. D'abord un verre, puis deux, puis dix. Je connaissais enfin l'ivresse, la désinhibition et j'aimais ça. Prétextant des soirées entre filles, je passais dorénavant mes nuits avec mon petit-ami. Cela faisait environ quatre mois que nous partagions nos vies et ce laps de temps m'avait paru suffisant pour m'offrir à lui. Un soir, l'esprit brouillé par l'alcool, je me suis laissée allée et c'est ainsi que c'est déroulé ma première fois. J'avais dix-sept ans. Est-ce que je regrette ? Non, je ne crois pas. Je l'aimais, peut-être même que je l'aime toujours. Après tout, on n'oublie jamais un premier amour.

Les soirées de débauches s'accumulaient, les examens approchaient, mais je ne m'en souciais pas. Je séchais les cours et passais le temps en volant dans les magasins, plus pour me sentir vivre que par besoin étant donné que je ne manquais pas d'argent. Je faisais aussi quelques business aux côtés d'Andrew. C'est d'ailleurs à cette même période que je me suis mise à la cigarette, puis aux drogues douces. L'argent n'était pas un soucis pour moi et les sommes qui paraissaient exorbitantes aux yeux des autres étaient pour moi dérisoires. Andrew se droguait, depuis longtemps déjà. Quelques joints lorsque j'étais là, mais surtout de la cocaïne et des cachets en tout genre. En lui payant ses doses, je l'incitais en quelque sorte à continuer, mais cela ne me dérangeait pas, puisqu'il ne me fallut que peu de temps pour essayer à mon tour. Un plaisir enivrant, beaucoup mieux que l'alcool, surpassant les effets de l'herbe. Un monde factice dans lequel je me sentais bien, un monde ou Andrew et moi étions sur la même longueur d'onde. J'étais devenu une de ces filles qu'on pouvait qualifier de non fréquentable, une de ces personnes dont mes parents m'avaient toujours dit de rester éloignée. J'étais leur plus grand cauchemar, leur plus lourd secret. Je crois qu'ils se doutaient déjà de ce que je faisais lorsque je quittais la maison, car leurs masses de questions s'étaient changés en silence, mais je pense qu'ils essayaient de se persuader que la réalité était toute autre, voulant par-dessus tout protéger leur réputation. Jamais ils n'auraient pu s'avouer ne serais-ce qu'à eux-mêmes que leur fille était une droguée qui traînait dans les quartiers mal famés, alors ils préféraient fermer les yeux, comme pour attendre que ça passe, comme pour se persuader que tout cela n'était que passager et qu'ils pourraient à nouveau se vanter d'avoir une fille modèle une fois les résultats des examens affichés.

Néanmoins, ces fameux résultats n'eurent pour effet que d'enfoncer le couteau plus profondément dans la plaie, puisque j'ai échoué dans toutes les matières. Pas une seule note au-dessus de cinq, mais je m'en fichais. Il faut dire que je fréquentais peu les bancs du lycée et que lorsque j'y mettais les pieds, j'étais encore complètement déchirée de la veille. Je pensais tout de même avoir de meilleurs résultats, étant donné que j'avais triché lors de la moitié des épreuves, mais visiblement, l'état second dans lequel je m'étais présenté aux examens devait être tel que je n'étais même pas fichu de recopier les quelques lignes que j'avais discrètement annotés dans mon portable. A vrai dire, je ne m'en souviens plus tellement. J'ai même parfois du mal à me remémorer ce que j'ai fais la veille, alors retenir des dizaines de chapitres, vous imaginez bien que c'était proche de l'impossible.

Toutefois, je me souviens d'une chose, c'est qu'avant même que les résultats soient connus de tous, mes parents s'étaient fait convoquer par le proviseur. Entretien auquel ils ne se sont jamais rendus, incapable d'entendre une tierce personne leur dire la vérité sur leur fille. Je n'y suis pas allé non plus, mais j'ai su par courrier, quelques jours plus tard, que cette convocation avait pour but de faire comprendre à ma famille que ce lycée ne voulait plus de moi. Je crois que j'ai rigolé en la lisant, sous les regards désespérés de mes parents qui n'osaient rien dire en ma présence. Je l'ai déchirée puis mise à la poubelle et à partir de ce jour, je suis allé vivre chez Andrew.

Mai, Juin, Juillet. Trois mois que je n'avais pas revus mes parents, jusqu'à ce que je vois leur numéro de téléphone s'afficher sur l'écran de mon portable. C'est dans un état d'alcoolémie élevé que j'ai appris que j'allais déménager. Au départ réfractaire, j'ai par la suite su que je n'avais pas le choix. Apparemment, Léo s'était porté volontaire pour s'occuper de moi, face au désarroi de mes parents. Comme si j'avais besoin que l'on s'occupe de moi ! Cela faisait des années que je ne lui avais pas adressé la parole, du moins pas directement. Je crois bien l'avoir revu l'année dernière lorsqu'il s'est pointé pour je ne sais quelle raison dans ma ville, mais la rencontre n'avait à mon souvenir duré que quelques minutes. Mes parents m'avaient apparemment loué un appartement dans un quartier chic de Kawana Waters et s'étaient mis en tête de me faire reprendre mes études. C'est donc à contre-coeur que j'ai quitté ma ville natale, que j'ai quitté Andrew pour me lancer dans une vie totalement inconnue dont je ne voulais pas. Un choix qu'on m'imposait et que je leur ferais certainement payer, à tous...


FICHE CRÉÉE PAR THISH.


Dernière édition par Victoria James le Mar 23 Juil - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Lun 22 Juil - 19:18

Bienvenue jolie demoiselle, Phoebe est un super choiiix
Revenir en haut Aller en bas




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Lun 22 Juil - 19:22

Encore bienvenuuuuuuuuuuuuuue ma vénérée cousine qui risque de m'en faire voir de toutes les couleurs puppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mar 23 Juil - 10:28

WELCOME!!! Woooh hug 

Bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésites pas!
Bon choix d'avatar by the way!

____________________________________________________



Now that I've found you, my heart's beating faster, we could be happy forever and after. We could be married, like Mrs and Mr, we'll have a son and we'll give him a sister. Funny one thing led to another, you came along, filled my days with colour and its been an everlasting summer, since we found each other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t42-cameron-british-sex



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mar 23 Juil - 10:32

Merciii vous trois luvv 
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mar 23 Juil - 19:22

Bienvenuuuuue à toi!
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mar 23 Juil - 20:39

Merci Alicia ballon 
Revenir en haut Aller en bas






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mar 23 Juil - 21:53

Je laisse le pas si grand Léo James te valider, vu que c'est son scénario! smile

____________________________________________________



Now that I've found you, my heart's beating faster, we could be happy forever and after. We could be married, like Mrs and Mr, we'll have a son and we'll give him a sister. Funny one thing led to another, you came along, filled my days with colour and its been an everlasting summer, since we found each other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t42-cameron-british-sex




✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mer 24 Juil - 5:10

Moi je suis juste FAN!! C est parfaaaaait heart Camychou tu peux t en occuper pleaaaase? Je veux la valider mais je suis sur l itouch et je pars au boulot puppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mer 24 Juil - 9:08

Y a pas de problème!

____________________________________________________



Now that I've found you, my heart's beating faster, we could be happy forever and after. We could be married, like Mrs and Mr, we'll have a son and we'll give him a sister. Funny one thing led to another, you came along, filled my days with colour and its been an everlasting summer, since we found each other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t42-cameron-british-sex






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mer 24 Juil - 9:10



Tu es validé!
« Welcome to Kawana Waters! »


Te voilà parmi nous, petit(e) aussie! Maintenant que ta fiche de présentation est terminée, il te faut à présent mettre en place la vie de ton personnage. Pour cela, le staff a mis à la disposition de ses membres tout ce qu'il faut pour s'intégrer, dans la partie "it's you, it's you, it's all for you". Surtout n'oublies pas de répertorier ton avatar dans le bottin, afin qu'il n'y ait aucun problème de doublon! Si tu as des questions nous nous ferons une joie de te répondre, alors n'hésites pas à nous harceler par mp!


FICHE CRÉÉE PAR THISH.

____________________________________________________



Now that I've found you, my heart's beating faster, we could be happy forever and after. We could be married, like Mrs and Mr, we'll have a son and we'll give him a sister. Funny one thing led to another, you came along, filled my days with colour and its been an everlasting summer, since we found each other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t42-cameron-british-sex



Invité


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Mer 24 Juil - 10:10

Merciii pour la validation hug heart 
Revenir en haut Aller en bas






✿ THIS IS MY LIFE
Shiny happy people:
MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   Jeu 25 Juil - 9:09

Mais de rien hug2 camychou 

____________________________________________________



Now that I've found you, my heart's beating faster, we could be happy forever and after. We could be married, like Mrs and Mr, we'll have a son and we'll give him a sister. Funny one thing led to another, you came along, filled my days with colour and its been an everlasting summer, since we found each other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somewhere-i-belong.forumactif.org/t42-cameron-british-sex



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Victoria James △ Money begets decay.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Victoria James △ Money begets decay.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» 2.07 : Dirty Money
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» Présentation de James-Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Viens avec nous au pays des kangourous
 :: memories of you :: Archive: présentations
-